Home Clin d’œil Coco Argentée  » Ouragan » : entre extravagance et saga de clips. « 08...

Coco Argentée  » Ouragan » : entre extravagance et saga de clips. « 08 nouvelles videos sorties à la fois »

0

Elle l’avait annoncé. « Ouragan » arrive, son nouvel album avec 11 titres & 11 clips vidéo. Le 23 juin dernier, Coco argentée l’a fait, une sortie simultanée de 06 nouveaux clips extraits de son 3e opus musical. « Ossi Ossa », « Voici », « Mbanga », « Mouiller le maillot », « Make Tabe a Dzale », « Les filles de mon pays » et le lendemain elle a ajouté « Pepa oyo » et hier « Ces soirs »

Qui l’a déjà fait au Cameroun? Personne à ma connaissance, c’est un coup osé que la go galaxy ++ nous a fait. Du très gros travail. On n’avait rien vu lors de dernière sortie avec 2 clips, cette fois, elle a mis la barre haut avec son Ouragan.

Une balade entre plusieurs cultures, un étalage de moeurs traités en plusieurs thèmes et de la substance en termes de musique, dans ses 08 extraits, Coco Argentée fait une sacrée balade entre les rythmes Camerounais et les fusions. Les clips quant à eux sont esquis et vraiment bien travaillés, chacun a un scénario captivant et des chorégraphies spécifiques. Sans oublier l’extravagance qui ressort. Assez lourd en investissement, notamment sur les looks & les décors. On a une saga à la Gaga, de quoi en mettre plein les yeux. Les tenues de Coco Argentée sont hors norme et dignes de l’atypique.

On peut remarquer le lâchement et le coté délirant dans la plupart des titres de Coco. En ce qui concerne les sujets, cette dernière aborde plusieurs dans lesquels beaucoup se retrouveront. Coco Argentée parle en général de la relation Homme/ Femme.  Amour/ Fidélité/ Respect/ Vanité/ Séduction / Sexe, elle fait le tour de plusieurs thématiques.

« Ossi Ossa » narre l’histoire d’une femme qui autrefois boudait les hommes qui l’abordaient, mais aujourd’hui se retrouve veille et fanée mais essaye de trouver quelqu’un qui pourrait l’accepter. La musique est très rapide, secouante et ambiancée. Mais surtout bonne à écouter en termes de song.

« Voici » est un éloge sucrée que tout homme aimerai entendre car elle offre son corps dans son entièreté à celui qui la fait vibrer. La musique de ce morceau est d’ailleurs un bon mélange entre le bikusti et le Goumba balewa du nord Cameroun.  

« Mbanga » nous emmène dans l’érotisme, elle aborde le sujet de la performance de l’homme au lit face à  l’homme qui en a plein la poche, cela dans un discours ludique et bien rodé ( Le gros ou la petit MBANGA….LA).

C’est cette lancée de subtilité qu’elle contunie dans le « Mouiller Maillot », titre dans lequel Coco appelle les femmes à mettre les hommes à l’épreuve de la responsabilité et d’investir sur l’entretien de leur compagne.

Retour aux racines avec « Make Tabe a Dzale » dans lequel elle fait sonner le Mvet des Fang Beti (clip tourné dans la forêt du sud). Elle interpelle ici sur le fait de ne pas s’éloigner de sa culture et des ses origines, cela sur un rythme traditionnel du sud-Cameroun.

« Les filles de mon pays », c’est le titre que j’aime le moins, mais son clip en met plein la vue. Belle musique, mais en termes de style chant, l’accroche est plutôt légère, ça fait déjà entendu et fait de sa part.

On baisse le tempo avec « Pepa Oyo », sur une musique orchestrale style philharmonique, c’est le morceau slow de l’album, Coco argentée s’est donnée le défi de se dépasser et ce n’est pas un pari échoué lorsqu’on écoute son chant mélancolique. Tourné dans le désert à Dubaï, le clip montre Coco vêtue de noir exprimant sa tristesse sur des notes sombres.

Du zouk avec « Ces soirs » , en mode love story, elle nous fait une virée dans l’univers des musiques tropicales. Elle raconte l’histoire d’un bel amour qui s’est mal terminée, ravivant les souvenirs, Coco parle à son prince charmant qui a vite oublié les bons moments. Plutôt réussi en termes de chant meme si sa voix n’est pas aussi câline et aiguë que les chanteuses de zouk habituelles. Le clip est tournée dans la métropole de Dubaï et on y aperçoit Coco qui embrasse un arabe dans le clip.

Ce qu’on peut par dessus tout concéder à Coco argentée, c’est sa capacité à surgir de nulle part, d’innover et de surprendre. Cela est mis en exergue avec ce nouvel opus qui mérite bien une appréciation positive avant de penser gouts et couleurs. Le travail de qualité, la valeur ajoutée et surtout la différence sont les marques les plus appréciables de ce produit livré. Faire sensation, mais par dessus tout offrir du consommable aux mélomanes.

Allez découvrir « OURAGAN » 3e album de Coco Argentée.

Commentaires

commentaires