Ba’Ponga l’un des pionniers du rap gabonais connu dans le groupe Eben family avec Koba Bulding est tombé dans le ndolo. Après une grande pause scénique, il revient en force avec un nouvel album intitulé Simba. C’est de cet album qu’en ressort le titre « Sur toi j’ai parié », sorti officiellement hier 29 mai 2018. Ce son est un mélange de rap et de zouk.

Il faut noter que Ba’Ponga est à son quatrième album (il s’agit de Simba) qu’il prévoit d’ailleurs sortir cette année même. Le rappeur avait disparu de la scène juste après la sortie de son troisième album « Or’felin d’art mur » en 2013 dernier. Il avait déclaré que c’était pour se consacrer entièrement à ses entreprises.  Eh oui si vous ne le saviez pas eh bien Frank Ba’Ponga n’est pas que rappeur, mais aussi producteur et réalisateur au-delà de ça, il possède une marque de vêtement K/K qui signifie « évoluer étape par étape ».

Parlons du son en question

Le vidéogramme est propre et présente plutôt de magnifiques paysages… Ba’Ponga exprime son amour à une fille qui au départ personne ne croyait à leur histoire. Une bombasse sur qui il plane, et mise tout sur elle d’où le titre « sur toi j’ai parié » donc pour dire qu’il meurt pour elle.Une cadence zouk fusionné à de la pop, le beat fait danser naturellement. Mais au niveau paroles, c’est pauvre, c’est pas vrament digne d’un Ba’ponga.  Manquait-il d’inspiration? ngué djab ô (je ne sais pas) comme disent les Gaboma eux-même. Le song est plutôt tendancieux et moderne et il n’y a pas du Ba’Ponga qu’on connait. . Il rappe sur des paroles du genre « Quand on s’est donné, donner c’est donné, reprendre c’est volé »  « sur toi j’ai parié, sur toi j’ai tout misé, jusque-là tu ne me déçois pas » , il répète juste les mêmes choses et c’est pratiquement ça toute la chanson, je pense qu’il peut mieux faire vu ses titres d’antan…

Dans le clip vidéo en question, la fille dont il parie sur elle reflète plus l’image d’une fille du dehors, notamment par son accoutrement (dos nu, allumeuse, sein dehors, cheveux jaune etc…). En fait quand on écoute les paroles, on s’image un peu la scène. Une bonne fille quat, qui vaque à ses activités normales, le gars qui vient l’embrouiller, et ils sont dans leur ndolo doucement molo molo, ils n’écoutent pas les râleurs. Après les gens sont étonnés peut-être qu’après un bon temps ils sont toujours ensemble etc… Bref un truc dans le genre.

Ba’Ponga = Plume

Quand on l’a connu il traitait des messages assez parlants dans le style politique, rappel aux mœurs etc… Il était un vrai puits de conscientisation, une arme de courage… Que ce soit dans le groupe Eben family comme dans ses albums précédents notamment Or’felin d’art mur avec les titres Go easy, Dans l’ombre du soleil aussi dans karnivor avec les sons A mon père qu’il a fait en feat avec la sénégalaise Sherifa et un autre Déraciné où il était en feat  avec Singuila. Bon on comprend qu’il veut aussi entrée dans la tendance actuelle jeune. Mais nous avons besoin du Ba’Ponga que l’on connait depuis, celui qui déchire et heurte la sensibilité des gens par sa musique, le grand king du Hip-hop gabonais.

Je vous laisse découvrir son nouveau son

Commentaires

commentaires